t[img_name].src=img_src;"; echo "}"; echo ""; ?> USC Basket - Arbitrage : Les fautes
Dimanche 23 novembre 2014

Fête du jour :
Clément
Quoi de neuf sur le site ? Les matchs du week-end Les albums photos La boutique Les interviews La revue de presse Les projets du club Abonnez-vous à notre lettre d'information
 
Obtenir Adobe Reader Contacter le Webmaster
Les fautes
   
C'est une catégorie d'infractions à la règle qui sanctionne des contacts illégaux pour les fautes personnelles, des comportements illégaux pour les fautes techniques, des contacts rudes ou sans volonté de jouer le ballon pour les fautes antisportives, des éléments de grande gravité avec ou sans contact pour les fautes disqualifiantes.

Les fautes personnelles :
Les contacts illicites au basket-ball nécessitent pour être précisés de définir des notions de position légale de défense, de cylindre, de verticalité.
Le cylindre est un espace imaginaire ayant pour base au sol, une surface cernant les pieds dans un écartement normal (largeur des épaules) et dans l'autre dimension environ l'avant bras (du coude à la paume de la main).
La hauteur va jusqu'au plafond, en salle, au ciel en extérieur.
Sur un terrain de basket, tout joueur a droit d'occuper un espace non déjà occupé par un autre à concurrence de son cylindre.
La position légale de défense implique d'être sur porteur, face au ballon, entre le panier et le porteur sans nécessité de respect de la notion de temps et d'espace ; c'est-à-dire environ l'équivalent d'un pas minimum, deux maximum, condition qui doit par contre être respectée par rapport à la défense sur non porteur.
A partir de ces notions, quand un contact se produit, il sera de la faute de celui qui est entré dans le cylindre de l'autre et a provoqué le contact, que l'on exprime aussi par ces notions : « qui a réduit la distance » ou « qui a fermé la fenêtre » (la fenêtre étant l'espace entre le porteur de balle et le défenseur).
Les arbitres ont le souci de se placer « dans la fenêtre » pour visualiser au mieux cet espace et bien apprécier en cas de contact illicite l'auteur de la « fermeture », du contact.
Pousser au tirer ou passer en force, c'est essayer d'occuper l'espace déjà occupé par son vis-à-vis. L'obstruction, une intervention hors de son cylindre empêchant son vis-à-vis d'occuper un espace libre. L'usage illégal des mains fait intervenir les mains du fautif dans le cylindre de l'autre ou au moins hors du sien, au contact de l'adversaire.
Suivant que l'on est sur tir ou pas, sur une action déterminante ou pas, que le contact a une conséquence manifeste ou pas, le contact sera sanctionné ou pas.

Quelques distinctions :
Fautes sur tir : le tir commence quand le geste de tir est commencé et se termine quand le ballon quitte la main si le shooter a au moins un appui au sol, quand il reprend contact avec le sol si le shooter est en l'air au moment du tir.
Fautes offensives : elles ne donneront pas lieu à réparation par deux lancer francs sauf si l'équipe attaquante avait perdu le contrôle du ballon juste avant la faute et si l'indicateur de fautes d'équipe est déjà levé (4 fautes déjà commises dans le quart-temps concerné).
Doubles-fautes : quand les deux « opposants », par l'intensité et la répétition de leurs contacts réciproques alors que l'arbitre ne détermine pas l'un comme fautif initial, marquées Pc (c comme compensée) sur la feuille aux deux intéressés, elles ne donneront jamais lieu à lancer francs quelque soit la situation des équipes vis-à-vis des fautes d'équipe ; la remise en jeu étant effectuée par l'équipe qui contrôlait le ballon au moment de la double faute. Si aucune équipe ne contrôlait le ballon, la remise en jeu se fera suivant la règle de la possession alternée et l'indicateur de possession alternée sera tourné après la remise en jeu si aucune faute n'est commise avant que le ballon ne soit touché de façon valide sur le terrain.

Fautes techniques :
Les deux mains en forme de T pour la gestuelle arbitre devant ou au dessus de la tête pour la gestuelle arbitre, elles sanctionnent des comportements illicites qui peuvent être variés. Elles sanctionnent un joueur, un remplaçant, l'entraîneur ou le banc.
Contestations violentes ou répétées, insultes, gestes ou attitudes déplacées ou visant à tromper l'arbitre ou à perturber anormalement l'adversaire (crier lors du tir ou taper fortement du pied) gesticuler brutalement au moment du lancer franc).
Deux techniques entraîneur (C2) impliquent la disqualification de l'entraîneur qui doit quitter le match (pas même les tribunes, hors gymnase ou aux vestiaires sans communication avec la salle) de même que 3B2 (technique banc) ou 2B2 1C2 ou 1B2 2C2 ;

Fautes antisportives :
Certains contacts jugés trop rudes ou ayant manifestement amené son auteur à la provoquer sans réel but de jouer le ballon (contact au-delà du coude) pourront être sanctionnés de fautes antisportives ce qui implique en plus des lancer francs pour la réparation, la possession de balle en plus (remise en jeu ligne médiane pour l'équipe victime de la faute après les lancer francs).
La faute du dernier défenseur sur contre attaque alors que celui-ci n'est pas en position légale de défense (face au porteur), ou sur remise en jeu alors que le ballon n'a pas quitté les mains de celui qui fait la remise en jeu est justiciable de faute antisportive également.
La gestuelle de l'arbitre est le poing levé avec le poignet tenu par l'autre main.

Fautes disqualifiantes :
Les deux poings levés pour la gestuelle de l'arbitre.
Coups violents (bagarre), geste jugé très dangereux, insultes, pourront amener l'arbitre à décider d'une faute disqualifiante qui impose au joueur de quitter le terrain et les tribunes (hors gymnase ou dans un vestiaire fermé).
Les fautes disqualifiantes peuvent faire l'objet d'un rapport et deviennent suspensives pour le joueur concerné, jusqu'à délibération de la commission de discipline concernée.

Quels cumuls et quelles conséquences : 5 fautes personnelles, 2U2, 3T, ou D

Pour les fautes personnelles, la 5ème faute est éliminatoire pour la rencontre sans autre conséquence, marquées P P1 P2 P3 ou Pc.

Pour les fautes antisportives, la 2ème est disqualifiante pour la rencontre sans autre conséquence (les cases de fautes de joueur vides après la 2ème U1, 2 ou 3 sont garnies chacune de la lettre D).

Pour les fautes techniques, marquées T2, T3 C2 ou B2 sur la feuille, le cumul C2 C2 est disqualifiante ou B2 B2 B2, B2 C2 B2 ou B2 C2 C2 pour l'entraîneur.

Pour les joueurs lors de la rencontre le cumul théorique maximum est de 6. Et oui, on n'est pas disqualifié à la 2ème technique et on peut en avoir une 6ème sur sa ligne de faute joueur quand elle fait suite à la 5ème alors que le joueur est toujours sur le terrain, le remplacement n'étant pas effectué, marqué dans l'espace, sur la feuille de marque entre les fautes joueurs et la marque courante, dans son prolongement.
Par contre, au-delà de la rencontre, le cumul des fautes techniques et disqualifiantes dans la saison amène à des sanctions suspensives et financières à partir de la 3ème, un match de suspension à la 3ème, 3 matchs de suspension à la 4ème...

Pour les disqualifiantes, elles peuvent faire l'objet de rapport ou non, suivant leur cause et à l'appréciation de l'arbitre.
En cas de rapport (notifié à la fin de la rencontre aux deux capitaines qui vont signer au dos de le feuille dans le cadre « fautes techniques et disqualifiantes » le joueur est suspendu jusqu'à délibération de la commission de discipline (il n'a le droit ni de jouer, ni d'arbitrer, ni de coacher).
La commission de discipline concernée est celle de l'organisme qui gère le championnat auquel se rapporte la rencontre :
Rencontre départementale : commission de discipline du comité départemental
Rencontre régionale : commission de discipline de la ligue régionale
Rencontre nationale : commission de discipline de la fédération française.
 
Naturally Basket
twitter    Facebook
Florian BESSE (seniors)
Planning_Entrainement_2012-2013.pdf
Calendriers_SF1-SG1_2012-2013.pdf
Tarif-Entree_2012-2013.pdf
Regles_de_vie_dans_le_gymnase_2012-2013.pdf
regles_usage_2012-2013.pdf
Boutique_2011_2012.pdf
Top_50_clubs_français.pdf
Echo_des_Tribunes.pdf